Le chiot arrivant chez son nouveau maître n'a appris dans le domaine de la propreté qu'une seule chose : ne pas faire ses besoins là où il dort et là où il mange, sa mère s'étant chargée de cette éducation.

En général, il a choisi un endroit précis.

Il va donc falloir lui donner de nouvelles habitudes dans les nouveaux lieux qu'il vient de découvrir.

CHIOT2


Pour commencer l'éducation, il faudra prendre en compte quatre éléments importants :

- Les besoins suivent de peu la fin du repas,

- Les besoins se manifestent au réveil,

- Durant les périodes d'éveil, le réflexe d'élimination se produit quasiment toutes les heures chez le chiot de six semaines

- La récompense sera seule utilisée, car comme tout apprentissage, il permet des progrès beaucoup plus rapides que la punition.



EN PRATIQUE :

Il faudra :
* sortir le chiot : dès son réveil, dès la fin des repas, dès qu'il tourne et cherche à se poser, le prendre gentiment sous le ventre et le conduire dehors (ce n'est pas une punition) ;
* le conduire toujours au même endroit où les odeurs urinaires et fécales vont déclencher le réflexe d'élimination (cour, jardin, caniveau ;
* récompenser le chiot en fin de séquence par la voix, la caresse ou en lui proposant de jouer. Ne pas rentrer immédiatement après ses besoins ;
* du temps car le comportement d'élimination est précédée d'une déambulation à la recherche d'odeurs fécales ou urinaires.

Il ne faudra pas :
* utiliser la solution type journal ou serpillière comme lieu d'élimination. Ce type d'apprentissage aboutit à une confusion dans l'esprit du chiot qui associe journal ou serpillière, et intérieur de la maison alors que le but est de le conduire à l'extérieur pour éliminer.
* avoir recours à la punition immédiate lorsque le chiot fait ses besoins à l'intérieur. Il pourrait associer élimination-punition et présence du maître, le chiot serait alors conduit progressivement à se cacher pour faire ses besoins et ne ferait bien sûr plus à l'extérieur alors que le plus souvent le maître est présent.
* avoir recours à la punition différée qui devient une source d'anxiété. Ignorer un comportement indésirable contribue à son extinction progressive.
* nettoyer en présence du chiot qui peut interpréter cet acte comme un appel aux jeux donc comme à la malpropreté.

NE PAS CONFONDRE :
* avec miction impérieuse ayant pour origine une inflammation des voies urinaires (cystite).
* avec miction et défécation émotionnelles (joie ou peur). Par exemple, le chiot qui urine au retour de son maître après une absence. Dans ce dernier cas, ne pas amplifier l'émotion par des caresses et des jeux, attendre que le chiot soit calmé pour s'occuper de lui.
* avec des troubles de comportement chez le chiot dont la mère ne s'est pas ou peu occupée (chiots retirés de la mère avant l'âge de 20 jours). Ce sont des cas rares difficiles à résoudre.


CONCLUSION :

Un apprentissage sérieux, beaucoup de patience et de compréhension, de la psychologie du chiot peuvent aboutir à la propreté en deux semaines.
Ensuite vous aurez tellement de plaisir en sa compagnie...

 

Share This

Follow Us