Contraception chez le chien, en pratique…

–       Si vous voulez pouvoir  faire reproduire  votre chien par la suite : la meilleure contraception médicale avec AMM est la pose d’implant d’analogue de la GnRH, des injections hormonales et des cures de 15 jours de comprimés d’anti-androlènes sont possibles mais ces dernières solutions peuvent entraîner des effets secondaires : prise de poids, acromégalie, insulino-résistance et altération de la fonction reproductrice. Elles sont déconseillées.

 La pose d’implant en  pratique

Aucune anesthésie n’est nécessaire, l’implant est administré par voie sous cutanée entre les omoplates après désinfection préalable lors d’une simple consultation. Un œdème transitoire peut être observé au site d’implantation ainsi qu’une excitation sexuelle passagère de 15 jours. Avec un délai de démarrage de l’action contraceptive de 6 semaines pour le Suprélorin 4,7 mg et de 12 semaines maximum  pour le Suprélorin 9,4 mg, il est conseillé de poser en premier lieu un implant dosé à 4,7 mg induisant 6 mois d’infertilité puis d’entretenir l’effet avec un implant à 9,4 mg induisant 12 mois au moins d’infertilité, pour maintenir l’efficacité, l’administration peut être renouvelée. Cette méthode n’est pas à privilégier si vous possedez un couple de chien puis qu’elle impose une période de vigilance de 6 semaines pour l’implante 4,7mg et 12 semaines pour l’implant de 9,4 mg.

 

–       Si votre chien n’est pas destiné à la reproduction : la stérilisation chirurgicale est définitive. Il s’agit d’une castration, c’est à dire de l’ablation des testicules. Elle offre plusieurs avantages :

–       prévention du risque d’hyperplasie bénigne de la prostate et des prostatites

–       prévention du risque de tumeur testiculaire

 

Quelles sont les risques et inconvénients de la stérilisation chirurgicale ?

Les risques :

Aucune intervention chirurgicale n’est dénuée de risque mais la consultation préopératoire et l’anesthésie raisonnée permettent de le réduire.

Les inconvénients possibles mais rares :

a) L’incontinence urinaire :

L’incontinence urinaire est possible mais TRES RARE (<2 %)

Les traitements de l’incontinence offrent de bons résultats.

b) La prise de poids n’est pas une fatalité !

La stérilisation diminue les besoins métaboliques, elle entrainerait une altération du niveau de satiété et une diminution de l’activité physique.
Il est possible (et recommandé !) d’adapter les apports alimentaires en proposant un aliment industriel moins calorique et de qualité afin de rassasier votre animal.

c) Modification du comportement ?

Les agressions intra-spécifiques, les fugues et les accidents de la voie publique seraient moins fréquents.

La castration en pratique :

– Quand votre chien atteint ses 6/7 mois (maturité sexuelle) ou plus tard, prenez rendez-vous 1 semaine à l’avance environ

– Amenez-le le matin, propre après une promenade d’aisance et un jeûne de 8 heures

– Après un examen clinique complet et si possible un bilan sanguin pré-chirurgical, votre chien sera castré.

– A son retour à la maison, vous pourrez lui proposer un petit repas appétant,  s’il se montre « fatigué » pendant 2 jours avec un appétit capricieux, vous pourrez lui proposer un aliment de «  convalescence » appétant.

– Deux à trois jours après, lors du contrôle de pansement,  puis au retrait des fils, vous pourrez poser toutes les questions qui vous préoccupent. Nous vous conseillerons pour son alimentation.